Forum Eip


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon avis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melsophos
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Mon avis   12/12/06, 01:20 pm

Alors je vais poster deux écrits différents donnant mon avis. Je posterais en deux fois car ça dépasse la taille max ^^


Le premier est un poème assez long, qui date de mai dernier :


Pamphlet contre l’Education

De ce que j’expose, tous ne sont concernés.
Je pose mes idées sur notre éducation,
Où tout ce qui y compte est d’être gouvernés.
Et je voudrais aider d’une légère action.
Un important sujet, où l’avis des élèves
Importe souvent peu : n’osant pas contredire,
Ou donner leurs avis. L’inverse serait rêves
Que bien peu mettent en vie, c’est sûrement le pire.
Certains se contentent d’approuver en surface,
Suivant bien les leçons, car craignant leurs parents,
Ne voulant décevoir, soumis sous la menace
De rater l’avenir, des autres concurrents.
Ces modèles élèves tiennent donc deux discours :
L’un à leurs professeurs : « Nous voulons réussir,
Donnez-nous des leçons, nous apprenons nos cours. »
Et l’autre à leurs amis : « C’est donc ça le plaisir ?
Le lycée nous ennuie, apprendre est fatiguant. »
Mais d’autres, heureusement, disent leurs opinions,
Hélas, vite étouffées, par tous ceux promulguant
Les règles à observer, divisant les unions.
Quelque soit le moyen : punitions, réprimandes,
Ce qui compte est choisir, dominer et plier.
Sans chercher à comprendre, clamant les propagandes
Du calme et du sérieux, et les langues lier.
Les cours sont ennuyeux, semblables et prévisibles.
Toujours livres et études, et nulle nouveauté…
Certains aux faibles efforts sont vraiment si risibles,
Cela vaut encor mieux qu’un maintien dépité.
Aussi les cours ne sont qu’un seul rassemblement,
Afin de garder à l’œil, sans des contacts humains,
Parcs à bœufs, tristes enclos. Soupirs et tremblement.
Toujours à écrire, juste s’user les mains.
Je ne veux apprendre chaque chose par cœur,
Encadrer, commander, comme avec notre aïeul…
Tout est dit, tout est fait, le facile est horreur.
Maintenant je voudrais apprendre à faire seul.
Et pourquoi rejeter les autres suggestions,
Sans tenter de guérir avant d’éliminer ?
Pensant les réponses sans chercher les questions…
Voir la réalité au lieu d’enluminer.
La vérité passe comme étant insolence,
Et pourquoi demander ce qu’on ne veut entendre ?
Mais quel beau système qui se taxe d’excellence…
C’est pourquoi je compte nos intérêts défendre.
On réclame amitié, on nous répond pouvoir.
On crie chacun pour soi, on demande soutien.
On voudrait partager, on sait que recevoir.
Ces notions enseignées, quel bel esprit chrétien !
Certains disent que tout savoir ne sert à rien,
Ce n’est pas mon avis, pour être reconnu,
Hélas il faut paraître être plus qu’un vaurien
Pour pouvoir assurer son maigre revenu.
Je comprends, enseignants, obligés de poursuivre
Dans les règles établies, sans aucun renouveau.
Mais pourquoi marteler encor le même cuivre.
Et la répétition amollit le cerveau.
Car le changement est craint, craints sont les divergents.
Et je suis de ceux-là, proclamant mon avis.
Je n’obéirai pas à nos tristes sergents.
Laissez-moi décider, je suis réel, je vis.
Aussi le changement codifie l’univers.
Il revient à l’assaut, balaie sur son passage.
C’est ce que veut dire cet ensemble de vers.
Aussi vous ne pouvez qu’entendre son message.
Petite citation, remède à l’ignorance :
« C’est une grave erreur que de croire pouvoir
L’amour de la recherche et de la connaissance
Donner par la contrainte et le sens du devoir. »
Parfois un professeur se démarque du lot,
Et fait des cours aimables, donnant envie d’apprendre,
Même si ce désir au milieu d’un sanglot
Par les autres enseignants est tué sans attendre.
Aussi Education rime avec inaction,
Avec un c en plus, l’on peut trouver caduc.
Education haïe ! Complot sans attraction.
Tu devrais arrêter de t’imaginer duc.
Car la vie continue avec ou sans le bac.
Vous serez obligés de vous rendre à l’évidence.
Il faut être confiant et sortir de ce sac,
Il faut lever les yeux, changer la décadence.
Et vais-je être obligé d’arrêter et me taire ?
Et encore une fois, l’orage s’amoncelle…
Je ne me laisserai pas un jour, jamais faire.
D’un certain changement serai-je l’étincelle ?
Aussi parmi nous tous, qui connaît le futur ?
Je n’ai pas prétendu savoir la vérité.
Moi, personnellement, je n’y vois un grand mur,
Nous allons droit dedans. Il sera sans bonté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melsophia.org
Melsophos
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   12/12/06, 01:21 pm

Le deuxième est la préparation d'un sorte de discours pour un concours d'éloquence (deux parties : on a deux mois pour préparer un discours de 3 a 5 min sur le thème de notre choix, puis le jour même on a 40 min pour préparer un discours de 3 a 5 min sur un sujet imposé, le public est d'environ 120-140 personnes). En théorie, je vais m'arranger pour être suppléant, ce qui me permettra de ne pas tenir compte du temps imparti, et pouvoir faire un discours de 10 min. Je précise que ce jour-là, il y aura l'adminsitration de 4 lycées (proviseurs, CPE...), profs, parents etc. Pour l'instant, seule la CPE qui entraîne pour le concours l'a lu, et elle faisait un peu la gueule, mais elle semblait prendre conscience de certaines choses. Ah, aussi, ne tenez pas compte des passages qui ont un accent oral plus qu'écrit.


Le sujet dont je vais parler nous concerne tous tout autant. Il existe, selon moi, un grave dysfonctionnement dans notre société. Il s'agit de l'école. Bien sûr, ces problèmes n'ont pas une origine unique, mais un ensemble de causes. Ainsi, l’administration ou les professeurs ne sont pas les seuls à blâmer, car les élèves et les parents le sont aussi. Je diviserai mon argumentation en plusieurs parties, mais aucune n’est réellement à prendre séparément des autres, car chaque phénomène est entièrement lié.

Chez les élèves, il existe essentiellement deux attitudes, développées à des degrés plus ou moins important, qui gênent d'après moi le développement d'une ambiance conviviale. La première est l'esprit studieux. Je pense que la jeunesse n'est pas une période où il n'est ni intéressant ni magnifiant de rester plusieurs heures par jour à travailler et réviser. Cet état d'esprit entraîne souvent une envie de compétition qui, dans les cas extrêmes, peut aller jusqu'au refus de prêter ses devoirs à un absent afin d'être certain qu'il ne nous dépassera. L'excuse avancée ? Qu'il y a un contrôle dans une semaine et demie... Les élèves tentent aussi de se faire bien voir auprès des professeurs, car il est bien connu que certains notent surtout en fonction de l’élève et non de la copie, sinon comment expliquer une différence de six points entre deux copies d’histoires rédigées par la même personne, la deuxième étant pour un camarade ? Bien sûr, certains professeurs soutiennent les élèves dans cet esprit, et j’en ai eu un exemple flagrant en maths… La coopération dans ce genre de classe est très limitée, même pour les DM : les moins bons attendent des meilleurs qu’ils les aident, mais ces derniers ne reçoivent aucun aide par contre le jour où ils en ont besoin, sous prétexte qu’ils sont meilleurs. Cette attitude est souvent la conséquence d’une forte pression de la part des parents, qui exigent beaucoup de leurs élèves, ainsi que des professeurs poussant les élèves à travailler le plus possible. Le stress engendré est parfois impressionnant, je pense aux élèves qui prennent de médicaments pour aller mieux. D’après moi, une telle attitude nuit à la bonne entente, autant entre les professeurs et les élèves qu’entre eux-mêmes.
Après, l’on rencontre aussi le comportement opposé : parfois, les élèves manquent totalement de maturité. L’exemple le plus flagrant est le déroulement des cours de philosophie. Certes, cette matière est réputée pour être un divertissement. Mais la limite entre le correct et l’indécent est souvent dépassée : lors de certains cours, on se croirait plus dans une basse-cour que dans une classe civilisée entre les caquètements de poules, les gloussements de dindons, les grognements de cochons, les bêlements d’indignation, les beuglements bovins… Mais ce que je critique fortement, en plus de la disproportion de cet effet, est qu’il se reproduit dans d’autres matières, pourtant concernant plus une classe de scientifique, comme la physique. Ainsi, les professeurs doivent élever la voix afin de tenter de se faire entendre, mais ils y parviennent rarement, et dans ce cas le calme reste éphémère. La cause à ceci ? Tout d’abord, je pense que les professeurs s’y prennent mal : le chantage ou les menaces ne font jamais effet longtemps si elles ne sont pas appliquées par la suite. Et un professeur réitérant maintes menaces pendant plusieurs mois sans rien mettre en œuvre perdra toute crédibilité et aura des soucis jusqu’à la fin de l’année, voire de sa carrière s’il ne change pas de méthodes. Je pense que certains parents ne savent plus comment gérer et encadrer leurs enfants, et qu’ils les placent à l’école pour plusieurs raisons : ils savent où sont leurs enfants et qu’il leur est accordé moins de temps pour se dissiper, en disant ces mots, je pense surtout à des infractions, et ils espèrent ainsi que les enseignants et l’administration termineront, dans le cas où il n’a pas été commencé, débuteront, leur travail de parents. Je juge cette attitude irresponsable, car de même que ces enfants n’ont pas de règles à respecter chez eux, ils ne verront aucun problème à ne pas respecter celle des cours. De même que ces élèves nuisent grandement à l’image des manifestations : leur participation se limite à l’envie de rater des cours ,et certains retournent chez eux au lieu de marcher dans les rues, sans compter les débordements qui se sont produits. Il est fort dommage que l’âme des revendications soient ainsi entachées et diminuées.

Quant aux professeurs, je leur reprocherai surtout leur tendance à choisir la voix de facilité lors des cours, ce en quoi l’administration les encourage. Ainsi, lorsqu’un élève pose problème lors d’un cour, il est de bon goût de l’expulser, le puni ou lui infliger tout autre sanction, accompagné d’une réprimande. et une objection de la part de l’élève passe comme étant de l’irrespect. je pense que lorsqu’un élève a une attitude qui peut lui être reprochée, le meilleur moyen de la faire cesser est de comprendre la cause, et d’y remédier. Mais hélas, l’élève ne peut s’exprimer, même quand il le voudrait. Mais si l’élève s’ennuie en cours, je parle de l’ennui véritable, pas de celui stupide de l’élève qui veut perturber à tout prix la classe, ne peut connaître que deux causes : soit l’élève comprend bien ce qui se dit, et le punir pour son ennui serait totalement inutile, soit le cours du professeur est effectivement ennuyeux, et punir l’élève ne résoudrait rien non plus, car le problème se reposerait, et pas forcément avec le même. Parfois, quand un élève veut savoir quel mal il a fait, on lui répond : c’est comme ça. Cette réponse n’est déjà pas adaptée à des bambins, alors à des adolescents… Par exemple, il y a certains règlements qui me paraissent obscurs, et je n’ai nul espoir de me voir éclairer un jour à leur sujet. Ces problèmes viennent essentiellement d’un manque de communications entre les différents partis : le professeur, sachant qu’il sera critiqué de toutes manières, sera certain d’avoir raison, les parents et l’élève, penseront que le professeur est buté et se persuaderont d’avoir juste aussi. Si chaque parti apprenait à mieux se connaître, décision qui ne peut être prise que d’un accord commun, les problèmes se résoudraient bien plus rapidement, facilement et sans heurt.
Comme tout un chacun, les professeurs modifient leurs actions en fonction de leur humeur, et ils se sentent naturellement plus ou moins en accord avec certains élèves. Mais ceci devrait justement les forcer à mettre une bride plus serrée à leurs humeurs, car celles-ci ne doivent pas perturber le désir d’apprendre de certains élèves. Je m’explique : sans raison particulière, certains professeurs démontrent une forte antipathie envers un ou deux élèves de la classe, et apprécient les autres. Mais ces élèves servent de bouc émissaire, et souvent, ne sont responsables en rien de ce qui leur est reproché. Je pensais, par exemple, à un professeur de chimie qui fermait les yeux lors des TP sur les fautes de certains de ses élèves, mais s’acharnait sur une fille en particulier. J’ai même fait le test de me montrer encore plus maladroit, ce qui ne représente pas grand chose, et je n’ai eu que des encouragements…
Souvent, quand un élève se trouve en échec ou récolte une mauvaise note, il accuse, fermement soutenu par ses parents, le professeur. Actuellement, dès que quelque chose ne va pas, c’est de la faute du professeur, et de l’administration qui l’a placé à la tête de la classe. C’est dans ce cas où l’on reconnaît la nature humaine qui consiste à toujours critiquer autrui sans jamais s’interroger sur son propre comportement. Ainsi, on préfère ignorer nos défauts personnels et en inventer d’autres à un tiers. Le professeur n’est plus sur son piédestal comme il l’était autrefois. Il n’est plus admiré ni respecté. Il est désormais considéré comme un simple chien de garde tentant d’inculquer quelques bases à des élèves réticents qui se considèrent les lésés du système. Mais la faute revient autant à chaque parti. Car devant cette attitude continuellement accusatrice et ce manque de reconnaissance, les professeurs ne désirent plus forcément enseigner. C’est ainsi que l’on en voit certains qui font leur cours sans nulle fougue, et dont le ton endormirait un sportif dopé à la caféine.
J’émettrai aussi mon avis quant à l’étude des langues vivantes. Outre le fait que les élèves sont souvent trop nombreux, détail sur lequel je reviendrai plus tard, il y a, je pense, quelques lacunes. Premièrement, chaque professeur prêche l’intérêt de la participation orale. Point sur lequel je suis entièrement d’accord. Mais mon opinion diverge quant aux moyens d’application. D’après moi, il est sans intérêt de mettre une note orale qui peut éventuellement baisser la moyenne. Car les élèves se considérant comme mauvais se compareront à ceux qui s’expriment avec facilités, et baisseront vite les bras, malgré la menace de la mauvaise note, qui pour eux, de toutes manières, est acquise avec certitude. C’est ainsi que l’on se retrouve en allemand avec seulement deux élèves participants. Au contraire, une note qui ne peut qu’être bénéfique poussera les élèves à parler, et à apporter au cours. Autre point sur lequel je suis mécontent : je considère que ces cours ne permettent pas aux meilleurs de s’améliorer, mais nivellent par le bas. Les professeurs basent les résumés à apprendre, ainsi qu’une grande partie du vocabulaire sur ce que disent les meilleurs, ceux qui participent. Ainsi, les meilleurs n’apprennent rien de nouveau.

Ensuite, le système scolaire en lui-même présente nombres défauts. Le plus important, je pense, est l’horaire très contraignant. Au lycée, un rythme de journées de dix heures, sans compter les deux heures de transport pour certains, est trop ardu à suivre. Car une fois chez soi, chaque élève aime se divertir un peu, après avoir, pour les cas normaux, réfléchis la majeure partie de la journée. Il doit ensuite manger, puis faire ses devoirs, souvent nombreux. Donc il peut arriver qu’il se couche tard, et ne parvienne à suivre les cours le lendemain car il est trop fatigué. De plus, la fatigue influe sur son comportement en classe et avec les autres. Le deuxième aspect négatif est l’effectif bien trop élevé des classes. D’après moi, il est plus difficile de travailler avec trente-cinq élèves plutôt que quinze ou vingt. Un changement agréable, mais mineur comparé aux deux points précédents, serait de permettre aux élèves de sortir deux-trois minutes lors des cours quand ils le souhaitent. Ainsi, si un élève se sent fatigué ou endormi, il peut profiter de cet instant pour se mettre de l’eau froide sur le visage, et se sentir mieux pour poursuivre le cours. Ce temps pourrait aussi permettre de se dégourdir un peu les jambes ou souffler un instant, car un élève qui ne prête pas attention au cours a une raison, et le réprimander ne servirait à rien. Bien sûr, il faudrait imposer des limites stricts au nombre d’élèves pouvant sortir simultanément, deux ou trois, au temps imparti, ainsi qu’à la fréquence.

Les élèves sont la base de l'édifice qui s'effondre : chaque changement ne sera apporté que par et pour eux, car si les adultes ou les choses se modifient autour, rien ne changera si les élèves ne veulent modifier leur attitude. Il est normal qu’après une analyse accompagnée de critiques suivent des propositions de solutions.
En premier, il faudrait que l’Education Nationale diminue le temps des cours, en laissant par exemple liberté aux élèves après quinze heures, et en diminuant les effectifs des classes. Car il est certain que des changements ne pourront se poursuivre pour modifier en profondeur que dans un cadre plaisant.
Les changements de demain ne pourront être apportés que par les élèves d’aujourd’hui, car il est trop tard pour que les parents de notre génération puisse changer quelque chose. Encore du moins faudrait-il qu’il le veuille, car la plupart considère qu’ayant reçu leur éducation ainsi, il est inutile de vouloir en changer. Car changer perturbe toujours, et beaucoup préfèrent que les habitudes ne changent pas au fil du temps. Je suis certain que certains élèves voudraient changer ce qui est, mais n’osent pas forcément. Ainsi, c’est aux professeurs, sûrement les mieux placés pour comprendre les enjeux, qui doivent donner l’étincelle qui animera la flamme de la volonté de changer chez les élèves.
Si les élèves changent maintenant leur manière de penser, et inculque ce nouvel état d’esprit à leurs enfants, alors la génération suivante pourra plus facilement bénéficier de modifications bénéfiques au fonctionnement de notre système. Les parents de demain devraient enseigner le respect des professeurs, des autres élèves, et d’eux mêmes, ainsi que de les soutenir et non les pousser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melsophia.org
La Sauvage
Pilier du forum!
Pilier du forum!


Féminin
Nombre de messages : 3013
Age : 23
Citation : Suivre le vent c'est avoir le destin d'une feuille morte.
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Mon avis   13/12/06, 09:18 pm

Ouf, ben ça, c'est lu xD Lol..

Je suis parfaitement d'accord sur le nivellement par le bas... Quand à l'absurdité des punitions, je finissais par ne plus la remarquer pour les autres mais je me souviens être virée de cours.. par des raisons.. sans raisons lol Razz
Pour l'esprit de compétition, d'entraide etc, je pense que la compétition est indispençable car notre futur, notre avenir ne jouera que sur ça, il faut savoir être le/la meilleur(e) pour décrocher un poste d'emploi, surtout vu la situation de celui-ci en france...
Le modèle de l'école russe marchait à merveille d'ailleurs je l'avoue, il est encore un peu magique pour moi car je ne comprend pas vraiment ce qui l'a conduit dans ce bon état. Là-bas, les cours commençaient à 8h ou 9h je sais plus =/ mais je me souviens qu'ils finissaient à 13h-13h30 (du moins pour CP, CE1, CE2) je savais que dans les classes plus avancées, les horaires étaient plus longs et c'est vraiment les dernières classes qui étaient amenées à finir vers 17h. Il y avait trois classes tout le long de ma scolarité là-bas (CP, CE1 et CE2). Une classe où la prof mettait toute l'importance sur les rapports entre les éléves qui, parait-il, montaient pleins de sketches ensemble allaient à des représentations etc et où les problèmes entre élèves étaient réglés en un rien de temps et dans un calme étonnant. Une autre classe (dont je faisais partie) était menée sur le chemin de la réussite par les notes: les dix meilleurs cahiers exposés au fond de la classe, un classement des élèves et des applaudissements pour les 3-5 premiers, c'était aussi une grande classe (31 élèves exactement) mais la Prof (la seule à laquelle je mettrai une majuscule) ne haussait jamais le ton et ramenait l'ordre dans la classe sans peine. Il lui suffisait de continnuer à parler doucement, presqu'en chuchotant et les élèves, curieux voulaient savoir ce qu'elle raconte, ne voulant pas manquer des informations peut etre indispençables, se taisaient. Il y avit enfin une troisième classe qui était un peu au milieu de tout ça...
Petite parenthèse pour revenir aux punitions, je trouve que la plupart d'entre elles punissent par la matière.. par exmple si tu as fait une "connerie" en maths, ben tu es puni par des exos de maths.. ça revient à qualifier l'apprentisage, le contenu de la matière par quelque chose de désagréable (bah oui, une punition c'est pas pour le plaisir du puni..).
Aussi un passage sur la Prof, elle s'est vue remettre des mains de poutine une récompense, un remerciement en tant que professeur émérite de russie.
Bien que l'esprit de compétition était ancré, il n'entravait pas sur l'entre-aide, c'était comme deux choses complètement séparées pour nous. Quand quelqu'un avait du mal sur un exercice dans ses devoirs, on était souvent 3-4 à lui parler en même temps pour l'aider xD Les professeurs étaient pas mal respectés et quand la crée tombait, les élèves des premiers rangs se ruaient dessus.. chose que j'ai rarement vu en france. On se levait à chaque fois qu'un adulte rentrait dans la classe et l'élève près de l'entrée se devait de proposer sa chaise à l'arrivant. Etc etc.
Aussi, on entrait dans cette école (Gymnasium n°2 de Saint-Petersbourg pour toute info) sur concours. 4 personnes pour une place. Ceux qui avaient les résultats requis passaient dans deux des trois classes gratuites, ceux qui passaient juste étaient envoyés dans la classe payante (très très chère, c'est celle qui alimentait en revenu financier tout l'établissement) et enfin ceux qui étaient en dessous de ces deux catégories étaient refusés. J'ai passé pas mal de concours dans plusieurs écoles car je n'étais pas sure d'arriver à entrer dans Le Gymnasium n°2 qui était une des écoles les plus préstigieuses de saint petersbourg... Mais à ce qu'il parait j'ai été acceptée partout, dont à cette école là qui, en fait, comme toutes les écoles russes fait école-collège-lycée. Je me souviens de la joie de ma mère lol.
Bref, tout ça pour dire que je préfère le modèle de l'enseignement russe au français (mes 3 ans 3 écoles puis le cned maintenant en témoignent -_-""""").

Sur ce, je vais me remettre à mon DS4 de Français lol, j'ai plus qu'à le recopier ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pola.mon-blog.org/
Elvan
Babar bien bavard
Babar bien bavard


Masculin
Nombre de messages : 628
Age : 29
Citation : "Parce que sans toi, c'est comme être sans toits xD" Lasauvage
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Mon avis   22/12/06, 01:45 pm

Fiou, çà c'est lu. Cpe? pas apprécier ton texte?...la vérité est parfois dure à encaisser, le pire c'est qu'ils y peuvent rien...où alors il est plus sage de ne rien faire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.samruko.skyblog.com
La Sauvage
Pilier du forum!
Pilier du forum!


Féminin
Nombre de messages : 3013
Age : 23
Citation : Suivre le vent c'est avoir le destin d'une feuille morte.
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Mon avis   22/12/06, 09:09 pm

Sage... où se trouve la sagesse?

Si personne n'écrit ce genre de textes, le monde entier deviendra un gros tas de conservateurs psychorigides... j'préfère que ça déplaise à des gens que de se taire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pola.mon-blog.org/
Melsophos
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   22/12/06, 09:45 pm

La CPE a lu récemment cette version de mon texte (parce qu'au début, j'avais juste exposé les grandesl ignes de ma réflexion), de même que la documentaliste.
Je me suis fait sermonner car les "allusions à peine dissimulées à certains membres de l'équipe pédagogique étaient déplacées" (je cite). Il m'a été "fortement" recommandé de virer toute allusion si je tenais à continuer le concours...
Puis bon, j'ai dû épurer le texte de toutes manières, car je dépassais largement les cinq minutes autorisées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melsophia.org
Elvan
Babar bien bavard
Babar bien bavard


Masculin
Nombre de messages : 628
Age : 29
Citation : "Parce que sans toi, c'est comme être sans toits xD" Lasauvage
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Mon avis   22/12/06, 09:57 pm

Peuple rebellez vous!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.samruko.skyblog.com
Melsophos
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   23/12/06, 12:29 am

T'inquiètes pas je l'ai pas franchement laissez croire que j'allais mep lier. Puis le jour J, étant suppléant, et comme je l'ai déjà dit, je ne risque rien à tenter une impro où je pourrais parler de la censure du texte etc...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melsophia.org
Vagabond
Ecrivain passionné
Ecrivain passionné


Masculin
Nombre de messages : 869
Age : 30
Citation : Ichi go, ich e !
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   24/12/06, 08:24 pm

T'a même intérait à le faire !! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffodil
Habitué
Habitué


Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 28
Date d'inscription : 12/06/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   26/12/06, 11:47 pm

Pfffiou, je suis admirative. Je serai absolument incapable de prendre le temps pour écrire un truc pareil! Même si j'ai des idées semblables, c'est pas le problème.
En fait, jdois être un peu trop nihiliste pour ça. J'ai aucune ambition Rolling Eyes . Pas en ce moment -_-.
Alors jpourrai pas faire l'effort d'écrire ce que je pense (physiquement impossible ^^). Les gens pensent tellement tous dire & penser la vérité!!!!(aarrgh m'énerve!) qu'ils "oublient" de chercher à comprendre les autres, c'est déprimant. J'ai l'impression qu'on peut dire ce qu'on veut, seuls les manipulateurs, porteurs de pseudo-vérités rassurantes sont écoutés! Non mais... dites, comment vous arrivez à garder espoir de faire passer des messages avec une Société si bornée? Et c'est pas un reproche, au contraire je suis admirative (cf. plus haut), moi jpeux pas, plus.. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melsophos
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   27/12/06, 02:33 am

j'essaie toujours car sinon plus personne ne le ferait. Et c'est toujours gratifiant de remporter quelques petites victoires quand une personne de plus parvient à nous écouter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melsophia.org
daffodil
Habitué
Habitué


Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 28
Date d'inscription : 12/06/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   27/12/06, 03:31 pm

*sigh* oui c'est vrai geek
...Never to give up the fight! (auto-suggestion lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah
Habitué
Habitué


Féminin
Nombre de messages : 139
Age : 26
Citation : Les paroles voilent, les actes trahissent
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Mon avis   10/01/07, 09:23 pm

Mon avis je vais tenté de l'exposer le plus neutrement possible, enfin du mieux que je peux sachant qu'a mon gout j'ai déja trop pratiqué :p.
Les horaires sont bien trop chargés en france, en contre exemple il y a l'éducation espagnole, les cours vont de 8heures a 14 heures maximums, et l'aprém' ils pratiquent leur activité, ce qui doit étre super.
Bien sur les vacances en sont réduites, mais tout ça est une question d'acclimatisation, et pour ma part a la fin d'une journée qui peut aller jusqu'a 9heures je suis K.O xD.
Pitié pour les fénéants!!(en méme temps on surpasse ces limites ^^)
En plus ils sont fous de vouloir concentré notre cerveau sur toutes les matières tututu (bruit en souvenir d'un film flippant d'un couteau qui se rapproche Grin) les maths en horreur!
Dire qu'a une époque j'avais une prof de maths exeptionnelle :' (un look trés stylé:jupe jusqu'a la poitrine, courte sur pattes, mais sinon super, le première fois que j'ai eu une moyenne respectable^^)
Bon point...euh je laisse le plaisir a d'autres, pour moi c'est seulement les bons profs.
Voili-Voilou cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon avis   Aujourd'hui à 05:17 pm

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon avis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Utilisateurs du TBI => besoin de votre avis
» Avis de modifications
» Avis sur les lalib?
» Questions pour l'avis pédagogique
» Changement d'url : votre avis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Eip :: Mots de tête :: L'école selon vous-
Sauter vers: