Forum Eip


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Langues régionales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Langues régionales   10/05/08, 10:38 pm

Etant un fervent partisan de la diversité linguistique, j'ai pas pu rater de suivre le débat qui a eu lieu à l'Assemblée à ce sujet.

Pour ceux qui ne connaissent rien au sujet, il existe en France une ribambelle de langues autre que le français, dont certaines, comme les langues de Wallis et Futuna ou le basque, n'ont rien à voir avec le français. Or, ces langues n'ont aucune existence légale. L'occitan est même la seule langue primée par un prix Nobel a ne pas avoir d'existence légale... C'est aussi la seule langue parlée par plusieurs millions de personnes à ne pas avoir de statut réel en Europe (si l'on excepte la co-officialisation en Catalogne et en Italie). Mis à part la loi Deixonne, qui contourne habilement l'article 2 de la constitution française, rien ne permet aujourd'hui d'aider ces langues à survivre. D'où le débat qui a eu lieu à l'Assemblée Nationale, durant lequel un député catalan s'étant exprimé dans sa langue s'est vu réprimander par le vice-président de l'Assemblée Nationale.

La France, qui se fait le chântre de son exception culturelle peut-elle ainsi suffoquer les minorités sur son propre territoire? Le défenseur des droits de l'homme peut-il continuer de refuser la ratification de la Charte Européenne sur les langues régionales?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melsophos
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 02:08 am

Je suis pour la diversité linguistique, et je pense que l'on devrait encourager les minorités (et accessoirement les pays) à continuer d'utiliser leur langue, au lieu d'uniformiser tout avec l'anglais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melsophia.org
Azzia
Marteleur du clavier fatigué
Marteleur du clavier fatigué


Féminin
Nombre de messages : 1154
Age : 22
Citation : 'Nous courons tous ensemble vers la fin qui nous lie. Que des troupeaux vers l'abbatoir.'
Jabber : Juh@jabber.fr
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 09:24 am

Idem.
Mais, quelle place donner à ses langues régionales dans l'apprentissage scolaire ?
Cela remplaçerait la LV II ou se rajouterait (dès la primaire ?) en LV III ?
C'est plutôt ce genre de questions qui m'intéressent, car c'est bien de l'apprendre mais à quels fins ? Des territoires français qui parlent majoritairement un dialecte régional ? =/.
En théorie, je suis pour un encouragement, une "législation", un statut pour ces langues, mais en pratique.. J'avouerai que j'ai toujours du mal avec la notion de patrimoine culturel, d'héritage linguistique ; et bien au-delà du réflexe (qui m'apparait normal) de se prononcer contre l'anéantissement d'une langue, je m'interroge sur son utilité..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/saddy_baddy
Attente
Habitué
Habitué


Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 28
Citation : Tuer le temps qui nous regarde mourir...
Date d'inscription : 08/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 05:57 pm

Ca dépend quel serait le statut à donner à ces langues régionales... je vis dans un pays où trois langues cohabitent tant bien que mal, et on est forcé de reconnaitre qu'en ce moment c'est le fiasco total...

Quelle serait au juste la place à donner à ces langues?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 06:56 pm

C'est là une bonne part de la question...

Selon moi, il y a deux choses à voir : tout d'abord ce qui pousse à se poser la question (tendant pour ces langues) et les difficultés.

Ce qui pousse : le fait que des gens parlent ces langues et que ce ne sont pas des langues mortes (plusieurs millions de locuteurs pour l'occitan). Ensuite, le fait qu'une langue étant une façon originale de voir le monde, plus il y a de langues, plus il y a de façons de voir le monde, donc d'imagination, de réflexion, et d'innovation différentes (la langue unique a été le rêve de toutes les dictatures, de Franco à l'URSS en passant par le camarade Mao). On voit bien que beaucoup de ceux qui ont contribué au dynamisme de la France avaient des langues maternelles autres que le français (d'Aliénor d'Aquitaine à Mistral en passant par Napoléon...) Il y a aussi le fait qu'on soit les seuls en Europe à ne donner aucun statut à ces langues.

Les difficultés : ce sont des langues de moins en moins transmises, et qui n'ont qu'une faible réalité économique (sauf pour le catalan, l'italien et le néerlandais). Donc l'utilité est loin d'être évidente à titre personnel.

Une fois qu'on a dit cela, on fait quoi?

La première chose à faire à mon avis, c'est de redonner une visibilité à ces langues. Il y a des gens habitant Toulouse ne sachant pas ce qu'est l'occitan. La double-signalisation, jusque dans le métro et les noms de rue peut aider.
La reconnaissance officielle de l'existance de ces langues, actuellement bloquée par l'article 2 de la constitution, permettrait aussi de subventionner des institutions comme l'Ofis Ar Brezhoneg ou l'Institut d'Estudis Occitans. Et de créer des chaînes publiques diffusant dans les langues régionales (du style Via Stella, mais pas en version foutage de gueule, et avec des vrais programmes). On peut même faire des films en langue régionale : comme Malaterra (si je ne m'abuse) et Sempre Vivu. D'autant plus que cela créerait des emplois nécessitant de parler ces langues, donc un milieu professionel dans cette langue, donc un nouvel intérêt économique.
Le fait que ces langues ne soient pas ignorés par les programmes scolaires peut aider aussi. Ce n'est pas que les langues qui sont ignorées des programes, d'ailleurs. Les programmes, d'Histoire notamment, semblent ne se préoccuper que de celle ayant touché Paris. C'est bien gentil, mais du coup, exit l'histoire régionale, et il y a des gens habitant la Nouvelle Calédonie ignorant tout de l'histoire des Kanaks ainsi que des gens habitant Bastia n'ayant jamais entendu de Pascal Paoli autrement qu'étant le «type du boulevard». Alors qu'on a droit a toutes les émeutes parisiennes. Enfin bref, le centralisme en tant que tel n'est pas le sujet.

Donc une fois qu'on a donné une lisibilité, ça permet aux gens parlant la langue de l'entendre dans un contexte social, en tout cas en dehors de la sphère privée.

L'école doit-elle enseigner ces langues? Tous les élèves le souhaitant devraient en tout cas bénéficier d'un enseignement de ces langues. La version obligatorio-mal-foutue fatta in Corsica fait souvent plus de tort que de bien (c'est enseigné sur le mode de l'espagnol, par des textes bidons, en étant en plus imposé, ce qui déplaît à pas mal de monde).
Mais un véritable apprentissage avec, pourquoi pas, des écoles proposant à l'exemple des écoles Diwan et des calendretas des heures de cours (de maths ou de géographie ou autre) en langue régionale (comme les sections européennes) en langue régionale.

Dans tous les cas, on pourrait au moins reconnaître ces langues pour en financer le développement, pour obliger la double signalisation, et ce genre de choses. Redonner à ces langues un contexte social en dehors des zones rurales.

Sinon, @Azzia :
il s'agit de langues et non pas de dialectes. Le gascon est un dialecte de l'occitan, et le français québecquois un dialecte du français, mais l'occitan ou le basque ou le guarani ne sont pas des dialectes du français.
Enfin, si l'on devait baser la politique linguistique purement sur l'utilité, pourquoi ne pas rendre l'anglais la seule langue officielle et obligatoire de France?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azzia
Marteleur du clavier fatigué
Marteleur du clavier fatigué


Féminin
Nombre de messages : 1154
Age : 22
Citation : 'Nous courons tous ensemble vers la fin qui nous lie. Que des troupeaux vers l'abbatoir.'
Jabber : Juh@jabber.fr
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 07:29 pm

Tux a écrit:
On voit bien que beaucoup de ceux qui ont
contribué au dynamisme de la France avaient des langues maternelles
autres que le français (d'Aliénor d'Aquitaine à Mistral en passant par
Napoléon...)
Argument quelque peu bizarre Shocked
Je ne vois pas vraiment le rapprot.. Tu sous-entends que c'est grâce à la "richesse" de ces langues, et de ce qu'elle apportent de différent au niveau de l'expres​sion(mais peut-être aussi de la pensée) que ces personnages ont étés aussi "dynamiques" ?

Tux a écrit:
Sinon, @Azzia :
il s'agit de langues et non pas de dialectes. Le gascon est un dialecte de l'occitan, et le français québecquois un dialecte du français, mais l'occitan ou le basque ou le guarani ne sont pas des dialectes du français.
Enfin, si l'on devait baser la politique linguistique purement sur l'utilité, pourquoi ne pas rendre l'anglais la seule langue officielle et obligatoire de France?
Désolé pour la confusion.
Justement, ce sujet me porte à réfléchir sur "l'utilité" du français..
Ce n'est pas que je nie ses divers avantages, seulement en prenant du recul sur la situation, je me rends compte que la protection/aide/apprentissage de toutes les langues/dialectes différents n'est pas si évidente que ça (quand je dis évident je ne parle pas des moyens matériels, mais encore une fois de "l'utilité").
Bien sûr, tu as évoqué l'innovation, la réflexion, etc. mais mon esprit surement trop "matérialiste" a besoin de pouvoir quantifier une chose pour s'en convaincre, et là ce n'est pas vraiment possible.
Je suis attachée à ma langue, car c'est ma langue maternelle, mais d'un point de vue éco, ne serait-ce pas un fait profitable que la généralisation de l'anglais dans toutes les contrées ? J'hésite dans mon avis, et j'entends déjà des dizaines de personnes me menacer de lapidation x). Disons, que n'ayant jamais vécu dans un département où une langue différente du français était parlée, j'ai une seule notion "patriotique/nationaliste".. Pour moi, la France ça a toujours été une seule et même langue, question d'unité/d'égalité.
Mais, peut-être cette conviction sera évincée après une curiosité et des recherches plus accrues sur le sujet.
Topic intéressant, je voudrais lire d'autres avis ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/saddy_baddy
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 08:45 pm

Pour ce qui est des personnages, je sous-entends ce que ces langues ont apporté à la France, à travers ces personnages. Certaines grandes personnalités ont toujours parlé français. Mais cela ne veut pas dire que des personnes d'une autre langue maternelle n'aient pas contribué dans une optique enrichissante à la France et même au français.

Ainsi, Aliénor d'Aquitaine et Mistral écrivaient en occitan. Napoléon a grandi en corse et en italien. Ils ont apporté quelque chose de plus à la France grâce à leur culture différente (de peu, peut-être, mais différente quand même)

Chaque culture entraîne un dynamisme propre. Si y en plus qu'une seule, celle-ci ne peut pas s'enrichir de cultures avoisinantes.

J'aurais pu aussi donner l'exemple de mots passés dans le français.
Que dalle : vient de dall, aveugle, en breton
baragouiner : de bar ha gwin : pain et vin en breton : savoir demander son pain et son vin
tribord et babord : de stuurboord et bakboord, flamand parlé dans le nord de la France
maquis : de a machja, en corse
décaniller : de l'occitan : descanilhar
etc...

En perdant les langues régionales, on perd donc un dynamisme.

Après, pour l'utilité, je pense que si on veut être utilitariste à court terme, alors faut être logique et abandonner le français. Mais bon... ne risque-t-on pas d'y perdre à long terme?
Donc soit on est logiques complètement et on adopte tous l'anglais, soit on est logiques dans l'autre sens et on sauve les langues régionales tant qu'elles sont encore parlées.

Enfin, l'unification linguistique est récente. Je connais encore quelqu'un qui ne parle que corse, et quantité d'autres n'ayant appris le français qu'à l'école. Ma grand-mère parle breton, et mon grand-père parle occitan. Mon père, au boulot, parlait corse avec son collègue. Il y a aussi une création culturelle autour de ces langues (bien que parfois cette création soit un tantinet trop repliée sur une logique identitariste - surtout en Corse - )
Tous les deux ans, des manifestations occitanes regroupent plus de 10 000 personnes (en 2007, y avait 20 000 personnes à Béziers). Linux est traduit en breton, et Microsoft va bientôt suivre leur exemple. etc...

Briser cette illusion monolinguiste est à mon avis la première chose à faire.

D'autres avis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Attente
Habitué
Habitué


Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 28
Citation : Tuer le temps qui nous regarde mourir...
Date d'inscription : 08/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 09:30 pm

Les albums tintin aussi d'ailleurs OKé  oké

Autant je pense que vous avez grand intérêt à bien garder le français comme langue nationale et comme langue scolaire, autant en effet une plus grande reconnaissance des langues régionales peut être intéressante... Mais d'un point de vue culturel. Je craindrais si j'étais française que faire plus pour ces langues ne finisse par s'élever en politique... Une langue commune est un excellent facteur d'unification, de même que l'attache linguistique peut devenir finalement très politique. Les régions dont ces langues ne formaient pas à la base un pays, c'est entre autre le fort dévellopement du francais à la Révolution qui a contribué au changement... Le fait de parler différentes langues est autant signe de richesse culturelle que de grandes difficultés politiques si une seule n'est pas gardée et imposée comme langue principale...
Après, pour ce qui est d'étudier ces langues à l'école comme on étudie bien l'anglais, je suis pour, si ca s'accompagne de l'étude de la culture et de l'histoire de la région...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   12/05/08, 10:10 pm

Les revendications politiques sont plus fortes lorsque les langues ne sont pas reconnues que lorsqu'elles le sont. La Flandre serait indépendante depuis longtemps si le Flamand n'avait pas été reconnu. Et puis, les groupuscules de type Vlaams Blok, ETA ou FLNC, y en aura toujours. Même sous le nom de FN ou d'Action Française.
Après, il faut garder le français comme langue véhiculaire et nationale, c'est sûr. Mais le bilinguisme, non seulement ça marche, mais en plus, c'est positif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Attente
Habitué
Habitué


Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 28
Citation : Tuer le temps qui nous regarde mourir...
Date d'inscription : 08/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   13/05/08, 01:57 pm

En effet, il aurait été impossible de ne pas reconnaitre le flamand... Cependant, dans un pays qui ne souffre pas à ma connaissance des mêmes difficultés que la Belgique du temps où le français était la seule langue reconnue, j'essayerai d'éviter de donner un statut trop important à ces langues, ne serais ce que parce que leur trop grande importance limiterait la mobilité au sein du pays lui même, et compliquerait à outrance les institutions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soupir
Marteleur du clavier fatigué
Marteleur du clavier fatigué


Masculin
Nombre de messages : 1165
Age : 28
Citation : La bouche pleine d’ombres et les yeux pleins de cris
Jabber : ventnoir@jabber.fr
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Langues régionales   17/05/08, 05:53 pm

Cela me fait rudement penser à 1984 de Orwell, mais de toutes la manieres il est, je pense, impossible de manipuler une langue à volonté, elle vit et s'echappe selon les environements auxquels elle appartient, il en est ainsi pour toutes les langues regionales, si il y'a effectivement des millions de locuteurs occitan il est peu probable que cette langue disparaisse rapidemment (il faudrait massacrer tout les occitans) je pense qu'il en est de même du corse du fait de son eloignement geographique (il est de même pour le créole et autres langues n'appartenant pas à la metropole), cependant il me semble que le breton periclite, le flamand en France ne doit sans doute sa survie qu'à la proximité de la belgique et à ma connaissance les langues d'oil (dont derive le français) sont plus des curiosités qu'autre chose. J'aimerais aussi ajouter un petit mot sur les langues se formant, je dis ça sans reelle certitude mais il me semble que des banlieues pourrait en sortir une nouvelle, il existe déjà toute une culture ainsi qu'une certaine envie de se demarquer du pouvoir central.

La langue defini pour moi une certaine appartenance, ainsi qu'elle est impregnée de son histoire et de son environement (il existe de nombreux mots pour designer la glace chez les inuits par exemple), ce n'est pas l'utilité qui créer la langue mais l'environement qui façonne une preexistante de façon telle que celle ci fini par en être relativement differente, pour ça je ne pense pas que l'utilité de la langue puisse être une question logique, hormis si on s'attache à forcer la survie d'une langue par une envie de regionalisme (dela sort plutôt le coté appartenance), ou par volonté de sauvegarde culturelle (et d'ici le coté historique ; les deux vont plus ou moins ensemble c'est certain mais il ne sont pas forcement lié), de cela decoule deux maniere differente de faire survivre une langue, la premiere sera plutôt populaire alors que la seconde sera plus intellectuelle .

En me basant sur ça, je vais essayer d'elargir un peu, et oui la region se trouve dans un pays, qui lui aussi se doit de preserver son identité et sa culture, il est clair que lorsque les dirigeants voit l'identité flechir ils renforceront l'usage de la langue unique et que lorsqu'un territoire nouveau est conquis on impose progressivement la langue du conquerant (sinon il n'y aurait pas tant d'hispanophone en amerique du sud). De même pour la culture qui renforce l'unité nationale (l'endoctrinement par l'"histoire" et la multiplication des symboles nationaux). Il y'aura donc forcement quelques conflits entre la langue nationale et la langue regionale, jusqu'à l'eradication voulue d'une langue regionale, si l'etat traverse une crise identitaire, individuellement il est clair que la langue nationale est bien plus avantageuse et doit donc être apprise prioritairement (ce qui est le cas en France) en cas de difficultés.

Il en est de même au niveau mondial pour l'individu il est preferable d'avoir une langue internationale que juste nationale donc elle devrait être apprise correctement (ce qui n'est pas le cas en France).

Mais il ne s'agit là que de l'interêt pratique de la langue qui s'oppose aux deux caracteristiques precedentes (appartenance et culture), je me suis alors posé la question du meilleur ordre d'apprentissage de ces differentes langues, et j'ai bien du mal à faire un choix clair, l'ideal etant d'apprendre les trois en même temps, avec des modes d'apprentissage differents, une langue internationale purement scolaire, une langue regionale purement familiale, et l'intermediaire pour la langue nationale, cet ideal est un ideal qui donc, je pense, ne peut être mis en place (bien qu'il soit evidemment possible par volonté personnelle). Je n'ai pas reussi à trouver d'arguments qui me satisfasse pour departager region et nation mais la langue internationale me parait importante et secondaire (je crois qu'en France on a bien compris le "secondaire" mais moins le "importante").

Après la seule fonction de l'etat dans les langues regionales et je pense l'enseignement( pas unqiuement de la langue mais aussi de la culture), il n'a pas à avoir d'autres fonctions, hormis peut être la sauvegarde de la culture passive (et non active), les acteurs de la langue regionale sont les locuteurs, ce sont à eux d'en assurer la survie, si la langue ne vehicule plus le facteur d'appartenance (probablement du aux developpement des moyens de transport) et qu'elle n'est plus capable de survivre elle s'eteindra, es langues regionales etant souvent relativement proche des langues nationales et intermediaire avec d'autre pays limitrophe, la vision du monde que vehicule la langue ne s'eteindra pas avec elle (on peut aussi se demander si parceque le monde change, la langue ne s'adapte plus et ne repond plus aux besoin des locuteurs, sa place n'est pas alors effectivement dans un musée), et donc seule une langue assez forte pour se faire entendre peut être reconnue (hors langage atypique) ce qui est paradoxal parceque ça veut dire qu'elle n'a pas vraiment besoin de cette reconnaissance,...

Je n'ai pas trop pris le fil du debat, et je n'ai fait peut être que dire des evidences mais je fais ce que je veux >< (d'ailleurs c'est l'heure du gouter) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   17/05/08, 07:43 pm

Ton message est intéressant.
Je suis d'accord avec la partie sur la priorité des langues.

Toutefois, je pense que ta vision des langues régionales est un peu étroite. En effet, en la restreignant au cercle privé, elle se limiterait à des fonctions presques «folkloriques». Cela omet entre autres la littérature (et la littérature occitane est loin d'être anecdotique par exemple), mais aussi tout le reste de la production artistique. Une langue régionale peut même servir pour faire des sciences, bien que là l'emploi d'une langue internationale est en fait plus approprié. Par ailleurs, restreindre la langue régionale à la famille, c'est lui enlever toute valeur sociale autre que privée. C'est donc lui couper l'herbe sous le pied.

Le problème actuel de la survie des langues régionales tient à deux phénomènes. D'abord la «Vergonha», c-a-d le fait que les locuteurs aient honte de parler leur langue (mais ça relève surtout du passé maintenant) et ensuite le fait que ces langues n'aient aucune existence sociale.
L'occitan compte quelques millions de locuteurs, mais dispersés (y en a même en Amérique quelques communautés isolées) et surtout parlé par des vieux. Le corse se perd à cause de la désorganisation de sa société et de la dispersion (la majorité des Corses vivant hors de l'île).
A Toulouse, 0,5% de la population parle occitan. Dans tout mon lycée, il y a deux ans, y avait qu'un occitanophone. Comment veux-tu qu'il pratique sa langue? Quant à moi je ne connais personne qui parle corse, alors que je connais plusieurs corses. Ce ne sont que deux exemples personnels, mais il y en a beaucoup d'autres.

Ensuite tu fais une distinction entre la Nation et les cultures régionales. Pourtant, les cultures régionales ne sont pas étrangères. La nation est polylinguistique. Plusieurs grands hommes de la nation étaient de langue maternelle autre que le français. L'occitan ou le breton sont autant des langues de France que le français (sauf pour certains identitaristes à la con version ETA-Gorsedd-FLNC). Ces langues ont contribué au renom de la France, à travers nombre de ses locuteurs. Sinon ça voudrait dire considérer que la France s'arrête à Paris, et qu'en dehors des Lumières Parisiennes il n'y a pas de salut... Pourtant, la première constitution démocratique d'un territoire français fut celle de la Corse en 1755. Mistral a gagné un prix nobel de littérature pour son oeuvre en occitan. Tout cela, la France devrait finir par le reconnaître un jour, non? La moindre des choses serait d'aider, ne serait-ce qu'un temps, ces langues à se développer à l'aide de subventions, d'obligations de signalétiques bilingues (ajoute à la lisibilité de la langue et n'a pas de danger politique). Créer des chaînes de télé dans la langue serait par exemple une très bonne chose. Tout ceci redonnerait une certaine visibilité et donc crédibilité sociale à celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soupir
Marteleur du clavier fatigué
Marteleur du clavier fatigué


Masculin
Nombre de messages : 1165
Age : 28
Citation : La bouche pleine d’ombres et les yeux pleins de cris
Jabber : ventnoir@jabber.fr
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Langues régionales   18/05/08, 02:51 am

Ma pensée a un peu changée au fur et à mesure que je faisais le message, ce n'est pas un sujet que je connaissais (j'ai été un peu me renseigner avant de le faire), je ne voulais pas dire que la langue regionale se limitait à la famille, d'ailleurs je me suis contenté de dire que son mode d'apprentissage etait preferentiellement familial, (d'ailleurs j'ai precisé en dessous que l'etat devait dispensé un enseignement de la langue sous entendu ce n'est pas exclusivement du domaine familial, je sais c'etait un peu bordelique comme message, excuses moi ). Pour ce qui concerne les sciences une langue regionale a vraiment peu d'interêt (déjà que la langue nationale est plutôt handicapante), hormis si il s'agit de vulgarisation scientifique. Je n'arrive cependant pas à me detacher d'une vision "familiale" de la langue regionale je n'entend pas par la une pratique exclusivement familiale "locale" serait peut être un terme plus approprié, j'ai eu l'occasion de voir les publications en occitan (et j'ai aussi été etonné d'en voir de recentes en normand) je ne vais pas les nier mais je ne pense que ça ait la même importance que dans le cas d'une langue nationale, elle n'est pas assez "encadré" pour cela, je me trompe peut être mais c'est l'impression que j'ai eu en me renseignant, c'est plus une langue du parlé que de l'ecrit .

D'après ce que j'ai lu sur wikipedia il y'avait au minimum 25% de la population qui disait parler l'occitan dans les regions occitanes si c'est le cas il devrait y'avoir suffisament de locuteurs pour pouvoir parler l'occitan plutôt regulierement non ? Après je suis d'accord que ce n'est probablement pas la langue avec qui on aborde les gens, on parlera donc cette langue plutôt avec l'entourage proche, ce qui rejoint la dimension familial, mais c'est vrai qu'à cela seul ça n'en permet pas ça survit, ce que je ne comprend pas alors c'est pourquoi il y'a plusieurs millions de locuteurs, (3.5 à 12 millions d'après wikipedia) ça fait dans les 10% de français, je trouve ça considerable, d'après toi ça ne correspond pas à la realité ?

La constitution est claire sur la langue de la nation pourtant =) (premier alinéa de l'article 2 « La langue de la République est le français. »), oui bon d'accord c'est une tyrannie imposé par le pouvoir central et les cultures regionales ont contribué à la grandeur de la France, mais je ne suis pas d'accord pour dire que le français est comme l'occitan ou le breton, on ne parle pas breton ni occitan dans tout le territoire français.

Je m'interromps un peu en plein milieu du paragraphe mais je suis un peu fatigué et il faut que je reflechisse encore un peu au sujet .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   18/05/08, 02:08 pm

Je suis d'accord avec toi quant à l'enseignement des langues régionales dans le cercle familial maintenant que tu précises ce que tu veux dire. C'est un reproche que je fais souvent à beaucoup des «défenseurs» des langues régionales.

Pour ce qui est de l'encadrement des langues, selon les langues il existe plus ou moins.
En Bretagne, il y a l'Ofis ar Brezhoneg, en Occitanie il y a l'IEO (Institut d'Estudis Occitans, qui existe depuis 1949) et les Felibriges (créés par Mistral au XIXe siècle, un peu dépassé de nos jours), au Pays Basque il y a l'Académie basque en Pays Basque espagnol, et même en Corse où on est plus qu'un peu très beaucoup en retard l'orthographe est normalisée depuis près d'une trentaine d'années. Donc il existe un encadrement de ces langues, qui sont toutes enseignées à l'université et servent dans quelques rares écoles (ikastola/calendreta/diwan) de langue d'enseignement avec le français.
Il existe aussi des maisons d'édition, des radios, etc...

Pour ce qui est de l'occitan, c'est un peu dur à estimer. Il n'y aucune statistique officielle.
Les zones rurales sont encore relativement occitanophones, mais dans les agglomérations, c'est très faible (0,5% d'occitanophones à Toulouse, selon l'IEO). Par ailleurs, il faut aussi compter les occitanophones italiens et espagnols qui eux sont reconnus. Le problème, c'est que n'ayant pas accès aux médias, ils n'ont aucun poids. En plus, ces millions d'occitanophones sont pour beaucoup des personnes âgées encore sous le coup de la «Vergonha».
Par contre, que 10% des français parlent peu ou prou occitan, je pense que c'est un nombre bas. Que 10% des français parlent bien occitan, c'est peut-être un peu élevé comme nombre, mais par forcément de beaucoup. C'est dur à dire à cause de leur si faible représentativité.

Le français doit effectivement demeurer langue nationale. Mais peut-être pourrait-on changer l'article deux en disant : «La langue de la République est le français, dans le respect des langues régionales qui font partie de notre patrimoine»?
Le breton, le guarani ou le catalan n'ont pas à être parlés sur l'ensemble du territoire certes, mais il ne faut pas non plus que la République continue à mépriser ces langues (dont le total des locuteurs font une proportion non négligeable de la population)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux
Accro de l'ordi
Accro de l'ordi


Masculin
Nombre de messages : 234
Age : 26
Citation : «Je n'ai jamais laissé l'école interférer avec mes études» -- Mark Twain
Jabber : tux31@jabber.org
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Langues régionales   23/05/08, 07:32 pm

Dépêche de l'AFP :
Citation :
PARIS (AFP) — L'Assemblée nationale
a voté jeudi, à la quasi-unanimité, un amendement surprise au projet de loi sur la réforme des institutions visant à inscrire la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution.

"Les langues régionales appartiennent au patrimoine" de la Nation, prévoit l'amendement présenté par le président UMP de la commission des Lois, Jean-Luc Warsmann et qui complétera l'article 1 de la Constitution.

Suite sur : http://afp.google.com/article/ALeqM5gGJvbkbZXXbchRRVO3lPlGHZpSNw

Very Happy
Bieres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Langues régionales   Aujourd'hui à 09:13 pm

Revenir en haut Aller en bas
 
Langues régionales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Langues régionales et mourantes
» Réforme du collège : une pétition aussi pour "garantir l'enseignement des langues régionales".
» Figaro : le succès des langues régionales à l'école
» Profs de langue: comment réfléchissez vous vos cours?
» langues régionales : occitan, catalan, breton...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Eip :: Basse Cour des Passionnés :: Actualités, Débats et Politique-
Sauter vers: